Objectifs spécifiques

Objectifs spécifiques

 

            Démocratiser la lecture auprès des jeunes afin qu’ils prennent conscience que la lecture peut être un loisir permettant de se construire et non exclusivement une obligation scolaire.

Comme le souligne la Charte du don de livres de Culture et de Développement "Le livre est un outil indispensable pour l’éducation, l’information, la création, le progrès social, les loisirs et le dialogue des cuobj_speltures. Il est à la fois un objet de culture et un objet économique."

            Enseignante dans un petit lycée technique du quartier de Gounghin, à Ouagadougou pour des classes de collège, l'idée de monter ce projet est venue à la Présidente, suite à sa décision de mettre en place un système de prêt de romans dans ses classes. Ce système a remporté un succès fou et inattendu et a rapidement pris de l'ampleur.

Le quartier est assez excentré par rapport au centre-ville où se concentrent les principales bibliothèques et structures ayant des livres à disposition et la population y vivant dispose de peu de moyens.

Face à cette demande pour des livres d'aventure, des romans, des ouvrages sortant de ce qu'ils ont l'habitude d'étudier en classe, nous nous sommes rendu compte qu'aucune bibliothèque proposant des livres adaptés à ce type de public n'existait dans le quartier, et que les structures proposant des ouvrages au public étaient trop éloignées pour ce type de public et très peu fournies.

            Ce projet permet d’apporter un soutien dans le cursus scolaire des élèves et étudiants par la mise à disposition de livres faisant partie du programme ainsi que de dictionnaires, y compris en langues locales (mooré, djoula, ...) et de matériel de recherche (encyclopédies, livres spécialisés, livres d’histoire, de géographie ...). La bibliothèque propose aussi un lieu d’étude à des créneaux où les établissements scolaires sont fermés pour la plupart, et où l’éclairage n’est pas toujours accessible dans le quartier.

           

            Les ateliers de théâtre, d’écriture, etc. permettent d’améliorer la pratique de la langue et l’orthographe, mais les obligent aussi à ouvrir leurs esprits à l’imagination et à la créativité.

Dans le contexte local, il n’y a que très peu de place pour ces deux notions, simplement parce que la réalité quotidienne, faite de débrouilles, ne permet pas de s’évader ou de penser à créer, inventer, innover, hormis si cela permet de survivre jusqu’à demain.

En leur donnant les moyens de s’exprimer, de prendre du recul, ils pourront ainsi développer des qualités nécessaires à leur développement personnel, mais aussi au développement de leur pays.

Savoir s’exprimer en public, prendre confiance en soi, savoir écrire sans fautes grammaticales ou orthographiques, être capable de créer, innover, que cela soit dans le domaine culturel, social, ou encore économique, est synonyme d’avenir individuel mais aussi collectif.

            Les formations permettent aux jeunes de prendre pieds dans le monde qui les entoure, sur le marché du travail,  par la porte de l’éducation et de l’ouverture culturelle, plutôt que par celle de la facilité pécuniaire par la débrouille au jour le jour.

            Tout d'abord, nous souhaitons mettre en place une permanence hebdomadaire au sein des 3 lycées du quartier, quelques heures fixées par semaine, pour que les élèves puissent venir y échanger leurs livres, et qu'ils puissent s'asseoir un moment pour feuilleter ou faire des exposés sur des livres proposés. Cette étape permet aux jeunes de se familiariser avec le concept, d’apprécier les activités proposées, afin qu’ils décident, une fois la bibliothèque sur pieds, de continuer à s’y rendre et à en profiter.

            Ensuite, après avoir instauré ce système en collaboration avec les enseignants et des élèves intéressés qui pourraient à terme gérer eux-mêmes la permanence, mise en place d’une bibliothèque "en dur", adaptée et surtout à la portée de tous, le quartier étant un quartier populaire marginalisé sur le plan culturel et économique.

            Par ce biais, ce projet contribue au développement du livre et de la lecture et permet d’animer le quartier. C’est aussi le moyen d’aider les enfants scolarisés ou non à obtenir de meilleurs résultats scolaires et apporte aux jeunes de nouvelles informations et connaissances ainsi qu’une ouverture au monde nécessaire à leur développement.

            Les livres sont un moyen de transmettre et de préserver les traditions, les récits, la musique et les idées d’une population, d’un peuple et l’accès à tous à ces ouvrages est essentiel.

            En parallèle, en partenariat avec d’autres associations partenaires, des structures locales et internationales, nous souhaitons mettre en place des ateliers, dans la mesure du possible, autour de la lecture qui n'est vue que comme un devoir et non un loisir par les jeunes. L’objectif est aussi de mettre en place des ateliers d’alphabétisation, de création de BD, des ateliers d'écriture notamment de poésie, de slam et d’autres pratiques culturelles, des concours (en partenariat avec une médiathèque française si cela se concrétise), une correspondance scolaire avec des écoles et/ou des structures françaises, des ateliers de théâtre en partenariat avec des compagnies locales, etc.livre

            Nous avons déjà pu, en amont, exposer ce projet à trois établissements scolaires du quartier dans lesquels nous souhaitons que cela débute avant de s‘élargir : le Lycée Technique Georges Ilboudo (LTGI), le Lycée Mixte de Gounghin (public) et le Lycée CEFISE. Tous les chefs d’établissement, avec lesquels nous avons eu un rendez-vous, ont accueillis très favorablement le projet, nous donnant même des pistes pour faire avancer le projet. Ils attendent maintenant que nous revienions vers eux, le projet finalisé et concrétisé, avec des livres et de la volonté, ce que nous gardons depuis la naissance du projet dans nos têtes.

            Au niveau de nos besoins en ce qui concerne les ouvrages proposés, nous recherchons actuellement en priorité des livres pour les ados, des romans, des polars, des BD ... et des livres leur permettant de préparer des exposés, l'accès à la connaissance étant très réduit ici, et l'accès à internet très difficile et souvent peu pratiqué.

Nous recherchons aussi, dans le cadre du développement de nos activités parallèles, des outils pédagogiques tels que des jeux de société, et du matériel susceptible de nous venir en aide pour nos activités (cahiers, feutres, stylos, crayons de couleur, papiers colorés, Canson ...)