Objectifs généraux

Objectifs généraux

 

Le livre est un outil d’ouverture qui permet le développement de l’éducation. C’est un incroyable outil d’échange culturel. Pour cela, il est important que les jeunes y aient accès afin de développer leur curiosité, de les plonger dans leur culture et de les ouvrir au monde.

         obj_generaux_1   Tout voyage est un voyage dans l’espace mais aussi un voyage dans notre propre tête. Se confronter à des idées différentes des nôtres permet de s’ouvrir, et de mieux comprendre ce qu’on ne palpait pas de l’autre côté du monde. L’inter-culturalité, le choc des sociétés, nous oblige sans cesse à nous remettre en question sur notre vision de la vérité, de ce qui est bien ou mal, de la souffrance, la vie, la mort, de la liberté et de la culture.

            De manière générale, le projet s’inscrit dans la démarche du deuxième (Assurer l’éducation primaire pour tous) et troisième (Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes) Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), et le droit à l’éducation et au savoir pour tous.

            Si l’on prend en considération le second objectif, dans le cas du Burkina-Faso, le taux brut de scolarisation dans le primaire est passé de 30% en 1990 à 72,4% en 2008. Le taux net de scolarisation serait quant à lui passé de 31,3 % en 1996 à 57,9% en 2008. Le taux net d’alphabétisation des individus âgés de plus de 15 ans est passé de 18,9% en 1994 à 28,3% en 2007, soit une augmentation de près de 10%. Le taux d’alphabétisation des individus âgés de 15 à 24 ans a atteint 39,3% en 2007. L’objectif se devant d’être atteint d’ici à 2015, beaucoup d’efforts se doivent d’être mis en œuvre.

            D’une manière générale, les OMD ont permis d’améliorer les conditions de vie du pays, mais malgré les efforts du Burkina-Faso, que cela soit de la part de l’Etat ou de la société civile et ce dès 2000, le pays a fait partie du programme « d’accélération de l’atteinte des OMD » de 2008. Dans le cadre de ce programme, l’éducation est mise au premier plan. Le français étant la langue de scolarisation depuis 1997, elle est au centre des politiques d’alphabétisation et de scolarisation promues par les OMD et joue le rôle de langue « fédératrice » permettant la communication entre la population et l’administration et l’accès au savoir.

            Pour ce qui est du 3ème objectif fixé en 2000, le ratio filles / garçons scolarisés dans le primaire est passé de 0,62 en 1990 à 0,88 en 2009, ce qui est un grand pas dans un pays où les inégalités restent encore fortes, mais cet effort se doit d’être renforcé et les politiques de démocratisation de l’éducation appuyées davantage afin d’atteindre les objectifs prévus en 2015.obj_generaux_2

Les politiques d’accès à l’éducation mises en place par le gouvernement dans son but de respecter les OMD contribuent dans le même temps à la réalisation d’autres objectifs tels que le combat contre les maladies (campagnes de sensibilisation et de prévention) et la lutte pour un environnement humain et durable (en formant des locaux aux techniques permettant la sauvegarde de leur patrimoine, etc.).

            Pour répondre aux objectifs de la Charte Internationale du Livre, nous souhaitons, comme spécifié dans le contexte linguistique, mettre à disposition des ouvrages en langue française, mais aussi des ouvrages en langues locales, édités localement. Cela permet à la fois d’être à la portée de tous, certains ne parlant pas le français, mais aussi de participer au développement de l’activité économique en mettant en avant les maisons d’édition et les écrivains du pays et de la sous-région en général.

Nous souhaitons proposer des auteurs célèbres du continent, très appréciés par les jeunes voire étudiés au lycée. Parmis eux, entre autres, Monique Ilboudo, Valaire Somé, Nazi Boni, du Burkina Faso, ou encore Ferdinand Oyono et Enza Boto (Mongo Beti) du Cameroun, Léopold Sedar Senghor, Ousmane Sembène et Mariama Bâ du Sénégal, Amadou Kourouma de Côte d’Ivoire, Aimé Césaire, etc.

            En parallèle, en collaboration avec des maisons d’édition et des auteurs contemporains locaux que nous rencontrons actuellement, nous souhaitons développer l’écriture et participer à la diffusion de nouveaux auteurs et écrits méritant d’être reconnus.

Il en est de même pour d’autres aspects culturels, tels que la musique, le théatre, le slam, la danse, etc. qui trouvent leur place dans les ateliers que nous proposerons au sein de la structure.